Articles

Mardi 13 octobre, Michel Leeb et Pierre Arditi étaient sur la scène des Espaces V Roger-Lefort pour la pièce « Compromis« . Ce spectacle a marqué le début de la saison culturelle à Villepinte. Cette comédie pleine de quiproquos, de non-dits, de rire et de complicité a séduit le public villepintois.

La pièce a été réalisée dans le cadre du protocole sanitaire de la lutte contre la propagation du coronavirus.

Retour en images sur cette soirée.

What do you want to do ?

New mail

Pierre Arditi et Michel Leeb joueront « Compromis », formidable duel verbal mardi 13 octobre sur la scène des Espaces V de Villepinte. Une pièce de Théâtre aux dialogues aussi succulents que décapants !

Dans un appartement vide, deux amis de trente ans se retrouvent. L’un, (Pierre Arditi) est un comédien médiocre, l’autre (Michel Leeb) un dramaturge raté. Le premier vend son appartement et a demandé au second d’être présent lors de la signature du compromis, pour rassurer l’acheteur. Car s’il écrit de très mauvaises pièces, il a tout de même un visage rassurant. C’est sa grande qualité.

Ils attendent tous les deux l’acheteur. D’ailleurs, acheteur ou pigeon ? Ils se parlent, se flattent, se moquent… La conversation dérape, et les deux amis se blessent, en se lançant à la face les non-dits, gardés enfouis depuis bien trop longtemps. L’acheteur qui finit par arriver, va assister à un règlement de comptes. Une farce, mais sans concession. Va-t-il en demeurer le spectateur, en devenir l’arbitre ou en être au final la seule victime ?

 » ON EST TOUT DE SUITE EMPORTÉ DANS CE DUEL VERBAL DONT
ON CAPTE INTUITIVEMENT TOUTES LES SUBTILITÉS.
MICHEL LEEB ET PIERRE ARDITI S’EN SORTENT MAGISTRALEMENT
EN ÉVITANT DE VERSER DANS TOUTES LES FACILITÉS QUE TEND
LE TEXTE. ET AU FINAL, C’EST L’AMITIÉ QUI EN SORT GAGNANTE. »
Théâtral Magazine

ESPACES V
ROGER-LEFORT
21€ / 16€ / 10€

Billetterie au Guichet culturel

Une pièce de : Philippe Claudel
Mise en scène : Bernard Murat
AVEC : Pierre Arditi, Michel Leeb, Stéphane Pezerat Durée : 1h35

Le Salon Arts Villepinte se tient du 15 septembre au 10 octobre 2020 dans le hall du Centre Culturel Joseph Kessel (CCJK). Cette exposition est ouverte aux artistes amateurs de Villepinte et de ses environs dans quatre disciplines (huile & acrylique, sculpture, autres peintures et dessins, autres techniques).

Aujourd’hui dans le cadre de la Classe Parcours, les CM1 de l’école Charles Peguy ont pu assister à l’exposition de Chiara Arsego au Centre culturel Joseph-Kessel. Ils ont profité de la projection du film « Alice aux Pays des Merveilles » ainsi que d’un atelier lecture.

Retour en images.

Du 17 au 20 décembre 2019 a eu lieu la Semaine festivalière/concert au Centre culturel Joseph-Kessel.

C’est donc par un concert de fin d’année, que les élèves du conservatoire ont terminé 2019 dans le hall du centre culturel Joseph Kessel vendredi 20 décembre 2019.

Retour en images.

Théâtre avec Pierre Arditti et Michel Leeb,  Musique avec Hugh Coltman, Humour avec Christelle Chollet, Comédie musicale avec Hansel & Gretel… Découvrez ce qui vous attend en 2020 pour la saison culturelle

 

Humour : Christelle Chollet le vendredi 21 février

Christelle Chollet revient avec son 5ème one woman show, « N°5 de Chollet ». Sketches piquants, tubes revisités, personnages épicés, la cinquième création de l’humoriste a des parfums de scandale, de vérité et de folie. Cette comédienne Toulousaine a rassemblé près de 700 000 spectateurs.

Théâtre à la Cyrano : « Edmond » le Vendredi 28 février

Après « Le Porteur d’Histoire » et « Le Cercle des Illusionnistes », l’auteur – metteur en scène aux 8 Molières revient pour raconter la triomphale et mythique première de Cyrano de Bergerac. Edmond, avec ses douze comédiens sur scène, est “un vrai théâtre de troupe” rappelant les grandes épopées théâtrales du XIXe siècle.

Décembre 1897, Paris. Edmond Rostand n’a pas encore trente ans mais déjà deux enfants et beaucoup d’angoisses. Il n’a rien écrit depuis deux ans. En désespoir de cause, il propose au grand Constant Coquelin une pièce nouvelle, une comédie héroïque, en vers, pour les fêtes. Seul souci : elle n’est pas encore écrite. Faisant fi de caprices des actrices, des exigences de ses producteurs corses, de la jalousie de sa femme, des histoires de cœur de son meilleur ami et du manque d’enthousiasme de l’ensemble de son entourage, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit. Pour l’instant, il n’a que le titre : Cyrano de Bergerac.

Théâtre : « Compromis » avec Pierre Arditti et Michel Leeb le Mardi 14 avril

Deux amis de trente ans dans un appartement vide. L’un, (Pierre Arditi) est un comédien médiocre, l’autre (Michel Leeb) un dramaturge raté. Le premier vend son appartement et a demandé au second d’être présent lors de la signature du compromis, pour rassurer l’acheteur. Car s’il écrit de très mauvaises pièces, il a tout de même un visage rassurant. C’est sa grande qualité.
On attend l’acheteur. D’ailleurs, acheteur ou pigeon ? En l’attendant on parle. On se flatte. On se caresse. On se moque. On se taquine. Cela glisse peu à peu. On se blesse en se lançant à la face ce que l’on retient depuis longtemps. Et l’acheteur finit par arriver, qui va assister à un règlement de comptes, farcesque mais sans concession, entre les deux amis. Va-t-il en demeurer le spectateur, en devenir l’arbitre ou en être au final la seule victime ?

 

> Renseignements et Informations au guichet culturel

 

Voir toute la programmation de la saison culturelle 2019-2020

Le chanteur québécois Gage était samedi 16 novembre aux Espaces V de Villepinte. Le public a répondu présent à l’appel de la danse et du groove chaloupé. Un très bon concert.

Durant plus d’une heure et demi, Gage, accompagné par un formidable groupe (clavier, basse, batterie, guitare et choriste), a fait danser le public avec ces morceaux chaloupés de rythmes funk, soul, reggae ou de pop caribéenne. Un concert qu’il jalonna de titres/tubes originaux  comme « Pense moi« , « changer le monde« , « je t’aime quand même« , « Viens danser avec moi« , « Trop fresh« … mais également qu’il parsema de reprises comme celle, notamment, qui clôtura le show : « All night long » de Lionel Ritchie.

Mercredi 16 octobre, le groupe Delgrès a enthousiasmé le public villepintois venu le voir aux Espaces V. La formation de rock-blues créole a livré un très bon concert, vif, chaleureux et puissant.

Mardi 5 novembre, la pièce de théâtre « Faux British », aussi désopilante que remarquablement jouée, sera interprétée sur la scène des Espaces V. Parmi les acteurs, Michel Crémadès, un des personnages de ce joyeux désordre théâtral, que nous vous conseillons fortement de venir voir,  nous a livré ses impressions.

Les Faux British ® Fabienne Rappeneau

Parlez-nous des « Faux British », du contexte et des personnages.

Michel Crémadès : « Que vous dire ? Cette pièce a commencé au mois de mai 2015, au théâtre Tristan Bernard avec une reprise en janvier 2016, au théâtre Saint-Georges. Et ça continue puisque nous en sommes à notre quatrième tournée et qu’en même temps, une autre équipe joue à Paris. C’est évidemment un immense succès récompensé en 2016 par le Molière de la comédie ».

Quelle est l’histoire de la pièce ?

Michel Crémadès : « Sept comédiens en herbe décident de monter une pièce policière. Ils vont apprendre à leurs dépens que jouer une pièce de théâtre n’est pas une chose aisée. Ce sont plus que des amateurs très amateurs, je dirais que ce sont des bras cassés… Mais, malgré tous les soucis rencontrés, ils vont aller jusqu’au bout de la représentation, trop heureux de jouer devant un public, et cela malgré les accidents de jeu qui vont se multiplier. Je pense que tous les gens ont plus ou moins fait du théâtre en amateur et on ne sait que trop ce qu’est un trou de texte, un accessoire pas à la bonne place ou oublié, un décor qui ne tient pas très bien, voire des comédiens très maladroits et balbutiant sur un plateau…».

Quel personnage jouez-vous ?

Michel Crémadès : « Mon personnage est donc le Président de l’association des amis du roman noir anglais. Il s’est attribué dans cette pièce le rôle de l’inspecteur Carter qui, tout du long, va mener l’enquête, puisque l’action est censée se passer dans un manoir et qu’il y a eu un meurtre. Il est à l’initiative du montage de cette pièce dans laquelle jouent six autres personnes qui n’ont jamais mis les pieds sur une scène, notamment un apprenti menuisier qui a bien voulu leur construire leur décor. »

Est-ce que cette pièce est une succession de gags ?

Michel Crémadès : « Ce n’est pas une succession de gags mais un enchaînement de problèmes divers et variés dans lesquels ces joyeux lurons vont avoir du mal à se dépêtrer. »

Comment réagit le public ?

Michel Crémadès : « Depuis le temps que je joue cette pièce, je peux vous dire que le public est vraiment hilare. Il n’est pas rare d’avoir des standings ovations au moment des saluts. Un grand nombre de personnes, je vous le dis avec sincérité, reviennent voir la pièce 3 ou 4 fois, faisant profiter des membres de leur famille ou des amis. Ils nous disent qu’ils reviennent car le rythme de jeu est tellement soutenu qu’ils n’ont pas eu le temps de tout capter… Et pour le public, quel plaisir de voir des pseudo-comédiens se planter avec la volonté de bien faire mais, malheureusement pour eux, sans y arriver… Je pense très sincèrement que cette pièce n’est pas prête de s’arrêter sur Paris et en tournée. »

Avez-vous un message à faire passer aux Villepintois ?

Michel Crémadès : « Je suis très heureux de revenir à Villepinte car je garde un excellent souvenir de la présentation de la saison 2015/2016 et des nombreuses discussions avec les Villepintois. Comme quoi, l’assassin revient toujours sur le lieu de son crime ! »

L’histoire de Faux British

Ils vont semer la pagaille à Villepinte ! Les 7 « Faux British » amateurs de romans noirs anglais qui décident de créer un spectacle. Les festivités commencent quand un meurtre est commis. Chacun des invités devient alors un dangereux suspect. Les catastrophes s’enchaînent à un rythme endiablé.

Théâtre  / Les Faux British / Mardi 5 Novembre
20h30 / Espaces V Roger-Lefort

Tarif : 16€/10€/8€

Infos Et Réservations : Guichet Culture
Centre Culturel Joseph-Kessel / 01 55 85 96 10.

Le guitariste Peter Nathanson sera le premier invité des Masterclass de la rentrée 2019-2020. Il sera accompagné de Jo Bouxin pour un Masterclass aux sonorités blues/jazz.

Une Masterclass de Peter Nathanson

S’il habite désormais Paris, le guitariste Peter Nathanson est un authentique bluesman américain originaire de Boston (Massachusetts). Il se distingue de ses pairs par un son à la fois unique et moderne. Il reste néanmoins dans les pas de prestigieux prédécesseurs comme Memphis Slim, Screamin’ Jay Hawkins ou Luther Allison.

Très jeune, Peter Nathanson s’est construit seul, dans tous les clubs, de Boston à Austin en passant par Los Angeles. Ce bluesman est l’un des meilleurs de sa génération. Il possède ce sens inné de la note toujours bien placée et chargée d’émotion.

Accompagnement de Jo Bouxin

Guitariste de jazz depuis de nombreuses années, Jo Bouxin organise notamment les « Blues Worshop » avec une légende vivante de la guitare Blues « Monsieur Peter Nathanson ». Il est devenu par  ailleurs guitariste de l’harmoniste Walter Harpman « le » Monsieur du Blues Vétéran de la scène anglaise.

> Samedi 19 octobre 2019

News

La médiathèque participe cette année au festival littéraire le « Festival Hors Limites » qui a lieu tous les ans sur tout le département de Seine Saint-Denis. Ce festival a pour but de valorise la littérature remuante et ambitieuse.

Cette année deux rencontres ont donc lieu à la médiathèque de Villepinte.

La première Rencontre se fait avec Nassira El Moaddem pour son roman Les filles de Romorantin (2019) le samedi 21 mars à 14h30. Cet événement est gratuit et destiné à un public d’adolescents et d’adultes. Les inscriptions se font à la médiathèque.

La deuxième rencontre est un atelier artistique avec Marie Poirier autour de son livre La danse de Doris (2019). L’atelier se déroule le mercredi 25 mars à partir de 14h30 et est destiné aux enfants à partir de 6 ans. L’événement est gratuit mais sur réservation auprès de la médiathèque.

Marie Poirier s’est formée en typographisme à l’école Estienne, en linogravure et en danse contemporaine. Elle poursuit aujourd’hui son travail d’image dans l’édition jeunesse. L’atelier sera composé d’une petite séance de petits jeux dansé ainsi que de l’apprentissage d’une courte chorégraphie. S’en suivra un atelier artistique durant lequel les participants réaliserons des mobile inspirés du livre de l’artiste.