Articles

Les CM1 de Charles-Peguy à l’exposition de Chiara Arsego

Aujourd’hui dans le cadre de la Classe Parcours, les CM1 de l’école Charles Peguy ont pu assister à l’exposition de Chiara Arsego au Centre culturel Joseph-Kessel. Ils ont profité de la projection du film « Alice aux Pays des Merveilles » ainsi que d’un atelier lecture.

Retour en images.

Concert de fin d’année : Grands Ensembles du Conservatoire de Villepinte

Du 17 au 20 décembre 2019 a eu lieu la Semaine festivalière/concert au Centre culturel Joseph-Kessel.

C’est donc par un concert de fin d’année, que les élèves du conservatoire ont terminé 2019 dans le hall du centre culturel Joseph Kessel vendredi 20 décembre 2019.

Retour en images.

Saison culturelle : ce qui vous attend en 2020

Théâtre avec Pierre Arditti et Michel Leeb,  Musique avec Hugh Coltman, Humour avec Christelle Chollet, Comédie musicale avec Hansel & Gretel… Découvrez ce qui vous attend en 2020 pour la saison culturelle

 

Humour : Christelle Chollet le vendredi 21 février

Christelle Chollet revient avec son 5ème one woman show, « N°5 de Chollet ». Sketches piquants, tubes revisités, personnages épicés, la cinquième création de l’humoriste a des parfums de scandale, de vérité et de folie. Cette comédienne Toulousaine a rassemblé près de 700 000 spectateurs.

Théâtre à la Cyrano : « Edmond » le Vendredi 28 février

Après « Le Porteur d’Histoire » et « Le Cercle des Illusionnistes », l’auteur – metteur en scène aux 8 Molières revient pour raconter la triomphale et mythique première de Cyrano de Bergerac. Edmond, avec ses douze comédiens sur scène, est “un vrai théâtre de troupe” rappelant les grandes épopées théâtrales du XIXe siècle.

Décembre 1897, Paris. Edmond Rostand n’a pas encore trente ans mais déjà deux enfants et beaucoup d’angoisses. Il n’a rien écrit depuis deux ans. En désespoir de cause, il propose au grand Constant Coquelin une pièce nouvelle, une comédie héroïque, en vers, pour les fêtes. Seul souci : elle n’est pas encore écrite. Faisant fi de caprices des actrices, des exigences de ses producteurs corses, de la jalousie de sa femme, des histoires de cœur de son meilleur ami et du manque d’enthousiasme de l’ensemble de son entourage, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit. Pour l’instant, il n’a que le titre : Cyrano de Bergerac.

Théâtre : « Compromis » avec Pierre Arditti et Michel Leeb le Mardi 14 avril

Deux amis de trente ans dans un appartement vide. L’un, (Pierre Arditi) est un comédien médiocre, l’autre (Michel Leeb) un dramaturge raté. Le premier vend son appartement et a demandé au second d’être présent lors de la signature du compromis, pour rassurer l’acheteur. Car s’il écrit de très mauvaises pièces, il a tout de même un visage rassurant. C’est sa grande qualité.
On attend l’acheteur. D’ailleurs, acheteur ou pigeon ? En l’attendant on parle. On se flatte. On se caresse. On se moque. On se taquine. Cela glisse peu à peu. On se blesse en se lançant à la face ce que l’on retient depuis longtemps. Et l’acheteur finit par arriver, qui va assister à un règlement de comptes, farcesque mais sans concession, entre les deux amis. Va-t-il en demeurer le spectateur, en devenir l’arbitre ou en être au final la seule victime ?

 

> Renseignements et Informations au guichet culturel

 

Voir toute la programmation de la saison culturelle 2019-2020

Gage aux Espaces V

Le chanteur québécois Gage était samedi 16 novembre aux Espaces V de Villepinte. Le public a répondu présent à l’appel de la danse et du groove chaloupé. Un très bon concert.

Durant plus d’une heure et demi, Gage, accompagné par un formidable groupe (clavier, basse, batterie, guitare et choriste), a fait danser le public avec ces morceaux chaloupés de rythmes funk, soul, reggae ou de pop caribéenne. Un concert qu’il jalonna de titres/tubes originaux  comme « Pense moi« , « changer le monde« , « je t’aime quand même« , « Viens danser avec moi« , « Trop fresh« … mais également qu’il parsema de reprises comme celle, notamment, qui clôtura le show : « All night long » de Lionel Ritchie.

Concert de Delgrès : retour en images

Mercredi 16 octobre, le groupe Delgrès a enthousiasmé le public villepintois venu le voir aux Espaces V. La formation de rock-blues créole a livré un très bon concert, vif, chaleureux et puissant.

Théâtre : les « Faux British » aux Espaces V de Villepinte

Mardi 5 novembre, la pièce de théâtre « Faux British », aussi désopilante que remarquablement jouée, sera interprétée sur la scène des Espaces V. Parmi les acteurs, Michel Crémadès, un des personnages de ce joyeux désordre théâtral, que nous vous conseillons fortement de venir voir,  nous a livré ses impressions.

Les Faux British ® Fabienne Rappeneau

Parlez-nous des « Faux British », du contexte et des personnages.

Michel Crémadès : « Que vous dire ? Cette pièce a commencé au mois de mai 2015, au théâtre Tristan Bernard avec une reprise en janvier 2016, au théâtre Saint-Georges. Et ça continue puisque nous en sommes à notre quatrième tournée et qu’en même temps, une autre équipe joue à Paris. C’est évidemment un immense succès récompensé en 2016 par le Molière de la comédie ».

Quelle est l’histoire de la pièce ?

Michel Crémadès : « Sept comédiens en herbe décident de monter une pièce policière. Ils vont apprendre à leurs dépens que jouer une pièce de théâtre n’est pas une chose aisée. Ce sont plus que des amateurs très amateurs, je dirais que ce sont des bras cassés… Mais, malgré tous les soucis rencontrés, ils vont aller jusqu’au bout de la représentation, trop heureux de jouer devant un public, et cela malgré les accidents de jeu qui vont se multiplier. Je pense que tous les gens ont plus ou moins fait du théâtre en amateur et on ne sait que trop ce qu’est un trou de texte, un accessoire pas à la bonne place ou oublié, un décor qui ne tient pas très bien, voire des comédiens très maladroits et balbutiant sur un plateau…».

Quel personnage jouez-vous ?

Michel Crémadès : « Mon personnage est donc le Président de l’association des amis du roman noir anglais. Il s’est attribué dans cette pièce le rôle de l’inspecteur Carter qui, tout du long, va mener l’enquête, puisque l’action est censée se passer dans un manoir et qu’il y a eu un meurtre. Il est à l’initiative du montage de cette pièce dans laquelle jouent six autres personnes qui n’ont jamais mis les pieds sur une scène, notamment un apprenti menuisier qui a bien voulu leur construire leur décor. »

Est-ce que cette pièce est une succession de gags ?

Michel Crémadès : « Ce n’est pas une succession de gags mais un enchaînement de problèmes divers et variés dans lesquels ces joyeux lurons vont avoir du mal à se dépêtrer. »

Comment réagit le public ?

Michel Crémadès : « Depuis le temps que je joue cette pièce, je peux vous dire que le public est vraiment hilare. Il n’est pas rare d’avoir des standings ovations au moment des saluts. Un grand nombre de personnes, je vous le dis avec sincérité, reviennent voir la pièce 3 ou 4 fois, faisant profiter des membres de leur famille ou des amis. Ils nous disent qu’ils reviennent car le rythme de jeu est tellement soutenu qu’ils n’ont pas eu le temps de tout capter… Et pour le public, quel plaisir de voir des pseudo-comédiens se planter avec la volonté de bien faire mais, malheureusement pour eux, sans y arriver… Je pense très sincèrement que cette pièce n’est pas prête de s’arrêter sur Paris et en tournée. »

Avez-vous un message à faire passer aux Villepintois ?

Michel Crémadès : « Je suis très heureux de revenir à Villepinte car je garde un excellent souvenir de la présentation de la saison 2015/2016 et des nombreuses discussions avec les Villepintois. Comme quoi, l’assassin revient toujours sur le lieu de son crime ! »

L’histoire de Faux British

Ils vont semer la pagaille à Villepinte ! Les 7 « Faux British » amateurs de romans noirs anglais qui décident de créer un spectacle. Les festivités commencent quand un meurtre est commis. Chacun des invités devient alors un dangereux suspect. Les catastrophes s’enchaînent à un rythme endiablé.

Théâtre  / Les Faux British / Mardi 5 Novembre
20h30 / Espaces V Roger-Lefort

Tarif : 16€/10€/8€

Infos Et Réservations : Guichet Culture
Centre Culturel Joseph-Kessel / 01 55 85 96 10.

Masterclass : Peter Nathanson & Jo Bouxin

Le guitariste Peter Nathanson sera le premier invité des Masterclass de la rentrée 2019-2020. Il sera accompagné de Jo Bouxin pour un Masterclass aux sonorités blues/jazz.

Une Masterclass de Peter Nathanson

S’il habite désormais Paris, le guitariste Peter Nathanson est un authentique bluesman américain originaire de Boston (Massachusetts). Il se distingue de ses pairs par un son à la fois unique et moderne. Il reste néanmoins dans les pas de prestigieux prédécesseurs comme Memphis Slim, Screamin’ Jay Hawkins ou Luther Allison.

Très jeune, Peter Nathanson s’est construit seul, dans tous les clubs, de Boston à Austin en passant par Los Angeles. Ce bluesman est l’un des meilleurs de sa génération. Il possède ce sens inné de la note toujours bien placée et chargée d’émotion.

Accompagnement de Jo Bouxin

Guitariste de jazz depuis de nombreuses années, Jo Bouxin organise notamment les « Blues Worshop » avec une légende vivante de la guitare Blues « Monsieur Peter Nathanson ». Il est devenu par  ailleurs guitariste de l’harmoniste Walter Harpman « le » Monsieur du Blues Vétéran de la scène anglaise.

> Samedi 19 octobre 2019

Chanson : Renan Luce aux Espaces V

Le chanteur Renan Luce sera sur la scène des Espaces V vendredi 27 septembre en ouverture de la saison culturelle 2019-2020. Il y présentera notamment quelques morceaux de son dernier album.

De nouvelles chansons à l’orchestration plus classique

Renan Luce viendra aux Espaces V de Villepinte défendre ses nouvelles chansons issues de son dernier et quatrième album studio.

Dans ce disque éponyme, le breton enveloppe ses chansons dans une orchestration sixties aussi classique que classieuse (cordes, bois, harpe, vents), à la manière des illustres Bécaud, Montand, Aznavour ou Brel.

Les morceaux de Renan Luce s’ornent ainsi de textes qui s’ancrent dans une intimité et une mélancolie saupoudrées d’une pincée d’humour et d’espièglerie. Un nouveau registre dont l’écoute s’inscrit dans temps pour mieux s’établir en nous.

Un départ pop folk avec « Repenti »

Le breton Renan Luce se dévoile au grand public à 24 ans  avec « Repenti« , premier album en 2006. Ses textes taquinent alors les mots avec malice,  se frottent parfois à la mélancolie, se teintent de rêverie vagabonde et se nappent dans un écrin folk-pop-rock.

Son second album, « Le Clan des miros« , en 2009 puis sa troisième réalisation en 2014, « D’une tonne à un tout petit poids« , consolident son succès public.

Récompenses, reprises et collaborations

Dès ses premiers pas dans la chanson, Renan Luce récolta de nombreuses récompenses comme notamment grand Prix de l’Académie Charles-Cros en 2007, Victoire de la musique de l’« album révélation de l’année » en 2008.

Il collabora également avec des artistes comme Alexis Hk et Benoît Dorémus, écrivit des chansons, pour la comédie musicale Le Soldat Rose (La Couleur) ou pour l’album Toujours debout de Renaud, a participé à des albums de reprises et/ou d’hommages (Renaud et Gilbert Bécaud), a réalisé le générique du film de Le Petit Nicolas (On n’est pas à une bêtise près) et celui du dessins animé Linus et Boom.

5 ans après son dernier album, Renan Luce revient en forme avec un album plus mûr, plus sophistiqué et qui surtout rempli de belles promesses à voir sur scène !

 

Salon Arts Villepinte du 17 septembre au 5 octobre

Le Salon Arts Villepinte a lieu du mardi 17 septembre au 5 octobre 2019 dans le  hall du Centre Culturel Joseph Kessel (CCJK). Cette exposition est ouverte aux artistes amateurs de Villepinte et de ses environs dans quatre disciplines (huile & acrylique, sculpture, autres peintures et dessins, autres techniques). Vendredi 20 septembre a lieu le  vernissage et samedi 5 octobre, un prix sera remis aux lauréats de chaque catégorie.

Exposition des artistes amateurs de Villepinte et ses environs

Le Salon Arts Villepinte a ouvert ses portes depuis le mardi 17 septembre. L’exposition a été ouverte aux artistes amateurs de Villepinte et ses environs dans les quatre disciplines suivantes :

  • huile et acrylique
  • autres peintures et dessin (aquarelle, gouache, encre,
    pastel, dessin)
    ;
  • sculpture ;
  • autres techniques (collage, photographie, vidéo, graff, création numérique, bombe et œuvres mélangeant plusieurs médiums) ;

Les lauréats désignés à l’issue du Salon Arts Villepinte

À l’issue de l’exposition Arts Villepinte, un prix est remis aux candidats retenus par un jury de professionnels samedi 5 octobre à 18h30 dans la galerie du Centre Culturel Joseph Kessel. Un lauréat est désigné pour chaque catégorie.

Un prix du grand public

En plus des prix attribués par catégorie, le public peut également, durant toute la durée de l’exposition Arts Villepinte, désigner un lauréat. Vous pouvez ainsi voter pour votre œuvre préférée en déposant votre choix dans une urne prévue à cet effet.

Une exposition en 2020 pour les futurs lauréats

Une exposition spécifique sera dédiée aux 5 artistes qui auront remporté les 1ers prix, pour présenter d’autres œuvres de leur composition du 2 au 13 juin 2019 dans la galerie du Centre Culturel Joseph Kessel .

Salon Arts Villepinte du 17 septembre au 5 octobre 2019 dans la galerie du Centre Culturel Joseph Kessel de Villepinte (93)

Saison culturelle 2019-2020 : les premiers noms

Voici les premiers noms de la saison culturelle 2019-2020 à Villepinte ! Au programme : du Théâtre avec notamment Pierre Arditti et Michel Leeb,  de la Musique avec Gage, Delgres, Renan Luce et Hugh Coltman, de l’Humour avec Christelle Chollet et Roukiata Ouedraogo… Voici un aperçu de la saison culturelle 2019-20, éclectique et diversifiée.

Musique : de Delgres à Renan Luce

Renan Luce, vendredi 27 septembre : chanson française

La chanson française sera au rendez-vous dès le vendredi 27 septembre avec la  venue aux Espaces V du breton Renan Luce. L’auteur de  » La Lettre », « Les voisines » et encore « Repenti » présentera les titres de son nouvel album.

Après trois ans d’absence, Renan Luce, bien connu pour ses titres tels que « Les voisines » (2006), et « La lettre » (2007) fait son come-back dans un tout autre registre qu’on a bien envie de découvrir : des textes intimes, poignants et poétiques qui s’entourent d’orchestrations (cordes, bois, vents, harpe…) faisant écho aux arrangements des albums de Bécaud, Bourvil, Brel… Rien de tel pour nous enivrer pour une belle soirée.

Delgrès, mardi 16 octobre : du blues créole

Mardi 16 octobre, le très bon groupe Delgrès dévoilera son blues-rock créole aux Espaces V. Le trio pourrait bien être le chaînon manquant de la culture caraïbe.

Le blues créole de ces anonymes déportés de la Guadeloupe aux Amériques, et plus spécialement en Louisiane, où flotte encore le parfum d’un blues murmuré le soir à la veillée. Delgrès,  c’est aussi cette mémoire retrouvée de chants et de danses mélangés aux larmes des autres personnes perdues depuis longtemps à la Nouvelle-Orléans.

En 1802, 8 ans après son abolition par la révolution, Napoléon Bonaparte rétablit l’esclavage. En Guadeloupe, l’officier métis Louis Dèlgres ira jusqu’à l’ultime sacrifice pour empêcher de faire appliquer ce décret. Une fois Louis Dèlgres et ses partisans morts, une farouche répression s’abat sur la Guadeloupe. Des milliers de guadeloupéens sont contraints à l’exil…notamment en Louisiane, berceau du Blues…

Samedi 16 novembre, Gage :  Soul pop

Chanteur québécois d’origine haïtienne, Gage s’imprègne de musique aux influences différentes : Soul, RnB, pop, Reggae, Compas, Zouk, Afrobreat.

Le jeune homme intègre le groupe, ONE, qu’il fonde avec Corneille. L’aventure dure 3 ans, avec des premières parties prestigieuses comme Kelis ou encore Isabelle Boulay. Corneille quitte le groupe pour débuter ses aventures solo, ce que s’empresse de faire Gage également.

Le succès est au rendez-vous notamment au travers des singles « Pense à moi« , « Dis-moi« , et « Je t’aime quand même« . Après de nombreuses scènes, Gage fait son grand retour dans les bacs le 30 juin 2008 avec « Changer le monde« .

Avec ce nouvel opus, et notamment son premier single « Pardonne-moi« , il amorce résolument un tournant soul. Le jeune artiste montréalais, plutôt discret, dévoile également son côté engagé autant que son intimité.

Vendredi 7 février, Hugh Coltman : jazz crooner

Le crooner et poète Hugh Coltman nous présente son dernier album « Who’s Happy ? » pour lequel il s’est offert un écrin sublime. Il fait entendre sa voix chaleureuse de routier des sentiments et de grand connaisseur des émotions humaines, toujours indulgent pour l’amoureux du soir, le paumé de l’aube ou le mélancolique du plein soleil…

De chanson en chanson, l’album passe de la pure autobiographie à l’humanité, de la déploration à l’espoir têtu, du blues européen à une lumière universelle… Civvy Street ouvre l’album comme un standard vénérable et implacable, All Sleeps Away évoque la maladie d’Alzheimer du père de Hugh Coltman, « Little Big Man » est pour son fils, « Hand Me Down » aborde les questions de transmission… Un voyage musical et existentiel entre confidences et grand spectacle, entre exploration d’un patrimoine phénoménal, celui de la Louisiane, et l’inspiration féconde d’un artiste au sommet de sa créativité.

Théâtre : des Faux British à Compromis

Mardi 5 novembre, Les Faux British :

Imaginez 7 amateurs de romans noirs anglais qui décident de créer un spectacle alors qu’ils ne sont jamais montés sur scène ! Ils ont choisi une pièce inédite, un véritable chef d’œuvre écrit par Conan Doyle lui-même (enfin, c’est ce qu’ils prétendent !)… L’action se situe fin XIXème, dans un superbe manoir, lors d’une soirée de fiançailles, en plein cœur de l’Angleterre. Les festivités vont enfin commencer quand un meurtre est commis. Chacun des invités présents dans le château devient alors… un dangereux suspect.

Ces « comédiens d’un soir » vont très vite constater à leurs dépens que le théâtre nécessite énormément de rigueur. Malgré toute leur bonne volonté, les catastrophes vont s’enchaîner à un rythme endiablé. Dans ce joyeux désordre, nos Faux British, armés du légendaire flegme britannique, feront tout pour interpréter aussi dignement que possible ce thriller théâtral qui leur tient tant à cœur.

Réussiront-ils à terminer la pièce ? Dans quel état va-t-on les retrouver ? Ce qui est sûr, c’est que le spectateur, lui, n’en finira plus de rire devant une telle succession de gags… so british !

Samedi 12 février, Si loin si proche : théâtre musical

Théâtre musical sous la forme d’un récit croisé, si loin si proche raconte les rêves de retour en « Terre promise » dans les années 1970-1980 d’une famille immigrée. Déchirée entre une réalité quotidienne de citoyens français et sa fidélité à la jeune nation algérienne, elle ne cesse de chanter son amour pour l’Algérie tout en restant accrochée à la France. Le doute identitaire persiste ainsi jusqu’au recensement. Wahid fait son choix : ce ne sera ni l’une ni l’autre.

Il s’engage en Algérie pour devenir déserteur en France. Mais avant, il célèbre ses noces au pays avec la belle Zanouba, entraînant sa famille dans une traversée rocambolesque.

Vendredi 28 février, Edmond : théâtre à la Cyrano

Après « Le Porteur d’Histoire » et « Le Cercle des Illusionnistes », l’auteur – metteur en scène aux 8 Molières revient pour raconter la triomphale et mythique première de Cyrano de Bergerac. Edmond, avec ses douze comédiens sur scène, est “un vrai théâtre de troupe” rappelant les grandes épopées théâtrales du XIXe siècle.

Décembre 1897, Paris. Edmond Rostand n’a pas encore trente ans mais déjà deux enfants et beaucoup d’angoisses. Il n’a rien écrit depuis deux ans. En désespoir de cause, il propose au grand Constant Coquelin une pièce nouvelle, une comédie héroïque, en vers, pour les fêtes. Seul souci : elle n’est pas encore écrite. Faisant fi de caprices des actrices, des exigences de ses producteurs corses, de la jalousie de sa femme, des histoires de cœur de son meilleur ami et du manque d’enthousiasme de l’ensemble de son entourage, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit. Pour l’instant, il n’a que le titre : Cyrano de Bergerac.

Mardi 14 avril, Compromis avec Pierre Arditti et Michel Leeb

Deux amis de trente ans dans un appartement vide. L’un, (Pierre Arditi) est un comédien médiocre, l’autre (Michel Leeb) un dramaturge raté. Le premier vend son appartement et a demandé au second d’être présent lors de la signature du compromis, pour rassurer l’acheteur. Car s’il écrit de très mauvaises pièces, il a tout de même un visage rassurant. C’est sa grande qualité.
On attend l’acheteur. D’ailleurs, acheteur ou pigeon ? En l’attendant on parle. On se flatte. On se caresse. On se moque. On se taquine. Cela glisse peu à peu. On se blesse en se lançant à la face ce que l’on retient depuis longtemps. Et l’acheteur finit par arriver, qui va assister à un règlement de comptes, farcesque mais sans concession, entre les deux amis. Va-t-il en demeurer le spectateur, en devenir l’arbitre ou en être au final la seule victime ?

Humour : Roukiata Ouedraogo et Christelle Chollet

Vendredi 21 février Christelle Chollet : 

Christelle Chollet revient avec son 5ème one woman show, « N°5 de Chollet ». Sketches piquants, tubes revisités, personnages épicés, la cinquième création de l’humoriste a des parfums de scandale, de vérité et de folie. Cette comédienne Toulousaine a rassemblé près de 700 000 spectateurs.

Mardi 12 mai, Roukiata Ouedraogo : humour en provenance du Burkina Faso

Roukiata met en scène avec dérision et auto-dérision son parcours, riche en péripéties, qui la mène de son école primaire en Afrique aux scènes de théâtre parisiennes. Chacune de ses aventures est l’occasion d’une réflexion drôle et délicate sur les décalages culturels entre la France et l’Afrique.

Elles sont aussi l’occasion d’aborder sans tabou des sujets graves et profonds tels que l’excision, l’éducation et la santé en Afrique. Au terme de ce parcours initiatique c’est une Roukiata devenue une femme accomplie et sûre de ses choix qui retrouvera les siens.

« Roukiata s’amuse des différences culturelles entre rire et émotion. » Le Point Afrique

« Un spectacle génial de drôlerie et d’humanité » L’Express Dix

Expos…

La Belle Epoque à Villepinte

Entre 1870 et 1914, la France et d’autres pays d’Europe connaissent de grands bouleversements à la sortie de la Grande Guerre. Entre la réalité de cette époque synonyme d’expansion, d’insouciance, de gaieté, se cache une forme de nostalgie d’un temps rêvé. Les progrès de la médecine, le développement de l’industrie, l’urbanisation de Paris et de sa banlieue, les avancées scientifiques et l’avènement de la IIIe République donnent foi en l’avenir… Mais la Guerre gronde et se rapproche faisant regretter les années passées…. A travers une exposition et une foule de petits objets du quotidien, plongez dans l’ambiance de la Belle Epoque à Villepinte.

Vernissage de l’exposition, vendredi 18 octobre 2019 à 18h30

Voir toute la programmation de la saison culturelle 2019-2020

News

La médiathèque participe au Festival Hors Limites

La médiathèque participe cette année au festival littéraire le « Festival Hors Limites » qui a lieu tous les ans sur tout le département de Seine Saint-Denis. Ce festival a pour but de valorise la littérature remuante et ambitieuse.

Cette année deux rencontres ont donc lieu à la médiathèque de Villepinte.

La première Rencontre se fait avec Nassira El Moaddem pour son roman Les filles de Romorantin (2019) le samedi 21 mars à 14h30. Cet événement est gratuit et destiné à un public d’adolescents et d’adultes. Les inscriptions se font à la médiathèque.

La deuxième rencontre est un atelier artistique avec Marie Poirier autour de son livre La danse de Doris (2019). L’atelier se déroule le mercredi 25 mars à partir de 14h30 et est destiné aux enfants à partir de 6 ans. L’événement est gratuit mais sur réservation auprès de la médiathèque.

Marie Poirier s’est formée en typographisme à l’école Estienne, en linogravure et en danse contemporaine. Elle poursuit aujourd’hui son travail d’image dans l’édition jeunesse. L’atelier sera composé d’une petite séance de petits jeux dansé ainsi que de l’apprentissage d’une courte chorégraphie. S’en suivra un atelier artistique durant lequel les participants réaliserons des mobile inspirés du livre de l’artiste.