Articles

Mardi 13 octobre, Michel Leeb et Pierre Arditi étaient sur la scène des Espaces V Roger-Lefort pour la pièce « Compromis« . Ce spectacle a marqué le début de la saison culturelle à Villepinte. Cette comédie pleine de quiproquos, de non-dits, de rire et de complicité a séduit le public villepintois.

La pièce a été réalisée dans le cadre du protocole sanitaire de la lutte contre la propagation du coronavirus.

Retour en images sur cette soirée.

What do you want to do ?

New mail

Pierre Arditi et Michel Leeb joueront « Compromis », formidable duel verbal mardi 13 octobre sur la scène des Espaces V de Villepinte. Une pièce de Théâtre aux dialogues aussi succulents que décapants !

Dans un appartement vide, deux amis de trente ans se retrouvent. L’un, (Pierre Arditi) est un comédien médiocre, l’autre (Michel Leeb) un dramaturge raté. Le premier vend son appartement et a demandé au second d’être présent lors de la signature du compromis, pour rassurer l’acheteur. Car s’il écrit de très mauvaises pièces, il a tout de même un visage rassurant. C’est sa grande qualité.

Ils attendent tous les deux l’acheteur. D’ailleurs, acheteur ou pigeon ? Ils se parlent, se flattent, se moquent… La conversation dérape, et les deux amis se blessent, en se lançant à la face les non-dits, gardés enfouis depuis bien trop longtemps. L’acheteur qui finit par arriver, va assister à un règlement de comptes. Une farce, mais sans concession. Va-t-il en demeurer le spectateur, en devenir l’arbitre ou en être au final la seule victime ?

 » ON EST TOUT DE SUITE EMPORTÉ DANS CE DUEL VERBAL DONT
ON CAPTE INTUITIVEMENT TOUTES LES SUBTILITÉS.
MICHEL LEEB ET PIERRE ARDITI S’EN SORTENT MAGISTRALEMENT
EN ÉVITANT DE VERSER DANS TOUTES LES FACILITÉS QUE TEND
LE TEXTE. ET AU FINAL, C’EST L’AMITIÉ QUI EN SORT GAGNANTE. »
Théâtral Magazine

ESPACES V
ROGER-LEFORT
21€ / 16€ / 10€

Billetterie au Guichet culturel

Une pièce de : Philippe Claudel
Mise en scène : Bernard Murat
AVEC : Pierre Arditi, Michel Leeb, Stéphane Pezerat Durée : 1h35

Le service Emploi de la ville de Villepinte vous propose les ateliers « Mouv’elles » du 16 mars au 26 mai 2020. Ces ateliers sont animés par La Fabrik’ qui intervient dans le domaine de l’insertion professionnelle à l’échelle de l’Ile de France et province.

Ces ateliers sont destinés aux femmes entre 18 et 30 ans qui résident à Villepinte et qui ont un projet professionnel.

La prochaine session se déroule du 16 mars au 26 mai 2020. Il s’agit donc de 20 journées de 9h à 16h durant lesquelles le groupe déjeune ensemble le midi.

Découvrez les deux films réalisés lors de la session 2019 !

Des outils innovants et adaptés aux profils de chaque participante

Lors de ces ateliers, Mouv’elles, des outils modernes et efficaces vous seront proposés comme des CV innovants, des candidatures vidéo, des cartes de visite ou des sites personnalisés. Acquérir ces outils permettent de convaincre les employeurs et d’être embaucher plus facilement.

Aucun niveau n’est requis en théâtre ou en audiovisuel

Les ateliers Mouv’elles vous permettent également de développer des compétences en théâtre et cinéma puisque les participantes réaliseront des courts-métrages sur des thématiques choisies. Encadrées par les professionnels de La Fabrik’, elles pourront à la fois être devant et derrière la caméra et ainsi être initiées aux différents postes du cinéma comme cadreuse preneuse de son, éclairagiste, costumière, décoratrice, scénariste, actrices.

En parallèle du projet «CINEMA», viendront s’organiser 3 journées «sorties» afin d’ouvrir le public à des lieux dont elles n’ont peut-être pas l’habitude (expositions, musées, théâtre…). Cela permettra également de faire un point sur la mobilité du groupe et les difficultés qu’elles rencontrent. Les idées de sorties seront définies avec le groupe.

 

 

Inscriptions au Service Emploi de Villepinte
Fanny Bodou
5 rue Pierre Audat 93 420 VILLEPINTE
01 41 52 53 38
service-emploi@ville-villepinte.fr

La pièce de Théâtre Edmond raconte la naissance de « Cyrano de Bergerac » . Avec ses douze comédiens sur scène, il s’agit d’un vrai théâtre de troupe rappelant les grandes épopées théâtrales du XIXe siècle. Après Le Porteur d’Histoire et Le Cercle des Illusionnistes, Alexis Michalik, l’auteur metteur en scène aux 8 Molières, revient pour raconter la triomphale et mythique première de Cyrano de Bergerac. Rendez-vous vendredi 28 février aux Espaces V

Et Edmond Rostand écrivit Cyrano de Bergerac

Décembre 1897, Paris, Edmond Rostand n’a pas encore trente ans mais a déjà deux enfants et beaucoup d’angoisses. Il n’a rien écrit depuis deux ans. En désespoir de cause, il propose au grand Constant Coquelin une pièce nouvelle, une comédie héroïque, en vers, pour les fêtes.

Seul souci : elle n’est pas encore écrite. Faisant fi des caprices des actrices, des exigences de ses producteurs corses, de la jalousie de sa femme, des histoires de cœur de son meilleur ami et du manque d’enthousiasme de l’ensemble de son entourage, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit. Pour l’instant, il n’a que le titre : Cyrano de Bergerac.

20h30
Vendredi 28 février 2020
Espaces V Roger-Lefort
Avenue Jean Fourgeaud
93420 Villepinte
Tarif B

Théâtre avec Pierre Arditti et Michel Leeb,  Musique avec Hugh Coltman, Humour avec Christelle Chollet, Comédie musicale avec Hansel & Gretel… Découvrez ce qui vous attend en 2020 pour la saison culturelle

 

Humour : Christelle Chollet le vendredi 21 février

Christelle Chollet revient avec son 5ème one woman show, « N°5 de Chollet ». Sketches piquants, tubes revisités, personnages épicés, la cinquième création de l’humoriste a des parfums de scandale, de vérité et de folie. Cette comédienne Toulousaine a rassemblé près de 700 000 spectateurs.

Théâtre à la Cyrano : « Edmond » le Vendredi 28 février

Après « Le Porteur d’Histoire » et « Le Cercle des Illusionnistes », l’auteur – metteur en scène aux 8 Molières revient pour raconter la triomphale et mythique première de Cyrano de Bergerac. Edmond, avec ses douze comédiens sur scène, est “un vrai théâtre de troupe” rappelant les grandes épopées théâtrales du XIXe siècle.

Décembre 1897, Paris. Edmond Rostand n’a pas encore trente ans mais déjà deux enfants et beaucoup d’angoisses. Il n’a rien écrit depuis deux ans. En désespoir de cause, il propose au grand Constant Coquelin une pièce nouvelle, une comédie héroïque, en vers, pour les fêtes. Seul souci : elle n’est pas encore écrite. Faisant fi de caprices des actrices, des exigences de ses producteurs corses, de la jalousie de sa femme, des histoires de cœur de son meilleur ami et du manque d’enthousiasme de l’ensemble de son entourage, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit. Pour l’instant, il n’a que le titre : Cyrano de Bergerac.

Théâtre : « Compromis » avec Pierre Arditti et Michel Leeb le Mardi 14 avril

Deux amis de trente ans dans un appartement vide. L’un, (Pierre Arditi) est un comédien médiocre, l’autre (Michel Leeb) un dramaturge raté. Le premier vend son appartement et a demandé au second d’être présent lors de la signature du compromis, pour rassurer l’acheteur. Car s’il écrit de très mauvaises pièces, il a tout de même un visage rassurant. C’est sa grande qualité.
On attend l’acheteur. D’ailleurs, acheteur ou pigeon ? En l’attendant on parle. On se flatte. On se caresse. On se moque. On se taquine. Cela glisse peu à peu. On se blesse en se lançant à la face ce que l’on retient depuis longtemps. Et l’acheteur finit par arriver, qui va assister à un règlement de comptes, farcesque mais sans concession, entre les deux amis. Va-t-il en demeurer le spectateur, en devenir l’arbitre ou en être au final la seule victime ?

 

> Renseignements et Informations au guichet culturel

 

Voir toute la programmation de la saison culturelle 2019-2020

Mardi 5 novembre 2019, « Les Faux British » ont fait le bonheur des spectateurs villepintois venus voir la pièce de théâtre. Humour, quiproquos, formidable jeux d’acteurs et d’actrices, dynamique scénique : tout y était pour une soirée haute en rires. Retour en images. Le prochain spectacle de la saison culturelle sera le concert pop-soul-r’n’b de Gage samedi 16 novembre.

Mardi 5 novembre, la pièce de théâtre « Faux British », aussi désopilante que remarquablement jouée, sera interprétée sur la scène des Espaces V. Parmi les acteurs, Michel Crémadès, un des personnages de ce joyeux désordre théâtral, que nous vous conseillons fortement de venir voir,  nous a livré ses impressions.

Les Faux British ® Fabienne Rappeneau

Parlez-nous des « Faux British », du contexte et des personnages.

Michel Crémadès : « Que vous dire ? Cette pièce a commencé au mois de mai 2015, au théâtre Tristan Bernard avec une reprise en janvier 2016, au théâtre Saint-Georges. Et ça continue puisque nous en sommes à notre quatrième tournée et qu’en même temps, une autre équipe joue à Paris. C’est évidemment un immense succès récompensé en 2016 par le Molière de la comédie ».

Quelle est l’histoire de la pièce ?

Michel Crémadès : « Sept comédiens en herbe décident de monter une pièce policière. Ils vont apprendre à leurs dépens que jouer une pièce de théâtre n’est pas une chose aisée. Ce sont plus que des amateurs très amateurs, je dirais que ce sont des bras cassés… Mais, malgré tous les soucis rencontrés, ils vont aller jusqu’au bout de la représentation, trop heureux de jouer devant un public, et cela malgré les accidents de jeu qui vont se multiplier. Je pense que tous les gens ont plus ou moins fait du théâtre en amateur et on ne sait que trop ce qu’est un trou de texte, un accessoire pas à la bonne place ou oublié, un décor qui ne tient pas très bien, voire des comédiens très maladroits et balbutiant sur un plateau…».

Quel personnage jouez-vous ?

Michel Crémadès : « Mon personnage est donc le Président de l’association des amis du roman noir anglais. Il s’est attribué dans cette pièce le rôle de l’inspecteur Carter qui, tout du long, va mener l’enquête, puisque l’action est censée se passer dans un manoir et qu’il y a eu un meurtre. Il est à l’initiative du montage de cette pièce dans laquelle jouent six autres personnes qui n’ont jamais mis les pieds sur une scène, notamment un apprenti menuisier qui a bien voulu leur construire leur décor. »

Est-ce que cette pièce est une succession de gags ?

Michel Crémadès : « Ce n’est pas une succession de gags mais un enchaînement de problèmes divers et variés dans lesquels ces joyeux lurons vont avoir du mal à se dépêtrer. »

Comment réagit le public ?

Michel Crémadès : « Depuis le temps que je joue cette pièce, je peux vous dire que le public est vraiment hilare. Il n’est pas rare d’avoir des standings ovations au moment des saluts. Un grand nombre de personnes, je vous le dis avec sincérité, reviennent voir la pièce 3 ou 4 fois, faisant profiter des membres de leur famille ou des amis. Ils nous disent qu’ils reviennent car le rythme de jeu est tellement soutenu qu’ils n’ont pas eu le temps de tout capter… Et pour le public, quel plaisir de voir des pseudo-comédiens se planter avec la volonté de bien faire mais, malheureusement pour eux, sans y arriver… Je pense très sincèrement que cette pièce n’est pas prête de s’arrêter sur Paris et en tournée. »

Avez-vous un message à faire passer aux Villepintois ?

Michel Crémadès : « Je suis très heureux de revenir à Villepinte car je garde un excellent souvenir de la présentation de la saison 2015/2016 et des nombreuses discussions avec les Villepintois. Comme quoi, l’assassin revient toujours sur le lieu de son crime ! »

L’histoire de Faux British

Ils vont semer la pagaille à Villepinte ! Les 7 « Faux British » amateurs de romans noirs anglais qui décident de créer un spectacle. Les festivités commencent quand un meurtre est commis. Chacun des invités devient alors un dangereux suspect. Les catastrophes s’enchaînent à un rythme endiablé.

Théâtre  / Les Faux British / Mardi 5 Novembre
20h30 / Espaces V Roger-Lefort

Tarif : 16€/10€/8€

Infos Et Réservations : Guichet Culture
Centre Culturel Joseph-Kessel / 01 55 85 96 10.

Voici les premiers noms de la saison culturelle 2019-2020 à Villepinte ! Au programme : du Théâtre avec notamment Pierre Arditti et Michel Leeb,  de la Musique avec Gage, Delgres, Renan Luce et Hugh Coltman, de l’Humour avec Christelle Chollet et Roukiata Ouedraogo… Voici un aperçu de la saison culturelle 2019-20, éclectique et diversifiée.

Musique : de Delgres à Renan Luce

Renan Luce, vendredi 27 septembre : chanson française

La chanson française sera au rendez-vous dès le vendredi 27 septembre avec la  venue aux Espaces V du breton Renan Luce. L’auteur de  » La Lettre », « Les voisines » et encore « Repenti » présentera les titres de son nouvel album.

Après trois ans d’absence, Renan Luce, bien connu pour ses titres tels que « Les voisines » (2006), et « La lettre » (2007) fait son come-back dans un tout autre registre qu’on a bien envie de découvrir : des textes intimes, poignants et poétiques qui s’entourent d’orchestrations (cordes, bois, vents, harpe…) faisant écho aux arrangements des albums de Bécaud, Bourvil, Brel… Rien de tel pour nous enivrer pour une belle soirée.

Delgrès, mardi 16 octobre : du blues créole

Mardi 16 octobre, le très bon groupe Delgrès dévoilera son blues-rock créole aux Espaces V. Le trio pourrait bien être le chaînon manquant de la culture caraïbe.

Le blues créole de ces anonymes déportés de la Guadeloupe aux Amériques, et plus spécialement en Louisiane, où flotte encore le parfum d’un blues murmuré le soir à la veillée. Delgrès,  c’est aussi cette mémoire retrouvée de chants et de danses mélangés aux larmes des autres personnes perdues depuis longtemps à la Nouvelle-Orléans.

En 1802, 8 ans après son abolition par la révolution, Napoléon Bonaparte rétablit l’esclavage. En Guadeloupe, l’officier métis Louis Dèlgres ira jusqu’à l’ultime sacrifice pour empêcher de faire appliquer ce décret. Une fois Louis Dèlgres et ses partisans morts, une farouche répression s’abat sur la Guadeloupe. Des milliers de guadeloupéens sont contraints à l’exil…notamment en Louisiane, berceau du Blues…

Samedi 16 novembre, Gage :  Soul pop

Chanteur québécois d’origine haïtienne, Gage s’imprègne de musique aux influences différentes : Soul, RnB, pop, Reggae, Compas, Zouk, Afrobreat.

Le jeune homme intègre le groupe, ONE, qu’il fonde avec Corneille. L’aventure dure 3 ans, avec des premières parties prestigieuses comme Kelis ou encore Isabelle Boulay. Corneille quitte le groupe pour débuter ses aventures solo, ce que s’empresse de faire Gage également.

Le succès est au rendez-vous notamment au travers des singles « Pense à moi« , « Dis-moi« , et « Je t’aime quand même« . Après de nombreuses scènes, Gage fait son grand retour dans les bacs le 30 juin 2008 avec « Changer le monde« .

Avec ce nouvel opus, et notamment son premier single « Pardonne-moi« , il amorce résolument un tournant soul. Le jeune artiste montréalais, plutôt discret, dévoile également son côté engagé autant que son intimité.

Vendredi 7 février, Hugh Coltman : jazz crooner

Le crooner et poète Hugh Coltman nous présente son dernier album « Who’s Happy ? » pour lequel il s’est offert un écrin sublime. Il fait entendre sa voix chaleureuse de routier des sentiments et de grand connaisseur des émotions humaines, toujours indulgent pour l’amoureux du soir, le paumé de l’aube ou le mélancolique du plein soleil…

De chanson en chanson, l’album passe de la pure autobiographie à l’humanité, de la déploration à l’espoir têtu, du blues européen à une lumière universelle… Civvy Street ouvre l’album comme un standard vénérable et implacable, All Sleeps Away évoque la maladie d’Alzheimer du père de Hugh Coltman, « Little Big Man » est pour son fils, « Hand Me Down » aborde les questions de transmission… Un voyage musical et existentiel entre confidences et grand spectacle, entre exploration d’un patrimoine phénoménal, celui de la Louisiane, et l’inspiration féconde d’un artiste au sommet de sa créativité.

Théâtre : des Faux British à Compromis

Mardi 5 novembre, Les Faux British :

Imaginez 7 amateurs de romans noirs anglais qui décident de créer un spectacle alors qu’ils ne sont jamais montés sur scène ! Ils ont choisi une pièce inédite, un véritable chef d’œuvre écrit par Conan Doyle lui-même (enfin, c’est ce qu’ils prétendent !)… L’action se situe fin XIXème, dans un superbe manoir, lors d’une soirée de fiançailles, en plein cœur de l’Angleterre. Les festivités vont enfin commencer quand un meurtre est commis. Chacun des invités présents dans le château devient alors… un dangereux suspect.

Ces « comédiens d’un soir » vont très vite constater à leurs dépens que le théâtre nécessite énormément de rigueur. Malgré toute leur bonne volonté, les catastrophes vont s’enchaîner à un rythme endiablé. Dans ce joyeux désordre, nos Faux British, armés du légendaire flegme britannique, feront tout pour interpréter aussi dignement que possible ce thriller théâtral qui leur tient tant à cœur.

Réussiront-ils à terminer la pièce ? Dans quel état va-t-on les retrouver ? Ce qui est sûr, c’est que le spectateur, lui, n’en finira plus de rire devant une telle succession de gags… so british !

Samedi 12 février, Si loin si proche : théâtre musical

Théâtre musical sous la forme d’un récit croisé, si loin si proche raconte les rêves de retour en « Terre promise » dans les années 1970-1980 d’une famille immigrée. Déchirée entre une réalité quotidienne de citoyens français et sa fidélité à la jeune nation algérienne, elle ne cesse de chanter son amour pour l’Algérie tout en restant accrochée à la France. Le doute identitaire persiste ainsi jusqu’au recensement. Wahid fait son choix : ce ne sera ni l’une ni l’autre.

Il s’engage en Algérie pour devenir déserteur en France. Mais avant, il célèbre ses noces au pays avec la belle Zanouba, entraînant sa famille dans une traversée rocambolesque.

Vendredi 28 février, Edmond : théâtre à la Cyrano

Après « Le Porteur d’Histoire » et « Le Cercle des Illusionnistes », l’auteur – metteur en scène aux 8 Molières revient pour raconter la triomphale et mythique première de Cyrano de Bergerac. Edmond, avec ses douze comédiens sur scène, est “un vrai théâtre de troupe” rappelant les grandes épopées théâtrales du XIXe siècle.

Décembre 1897, Paris. Edmond Rostand n’a pas encore trente ans mais déjà deux enfants et beaucoup d’angoisses. Il n’a rien écrit depuis deux ans. En désespoir de cause, il propose au grand Constant Coquelin une pièce nouvelle, une comédie héroïque, en vers, pour les fêtes. Seul souci : elle n’est pas encore écrite. Faisant fi de caprices des actrices, des exigences de ses producteurs corses, de la jalousie de sa femme, des histoires de cœur de son meilleur ami et du manque d’enthousiasme de l’ensemble de son entourage, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit. Pour l’instant, il n’a que le titre : Cyrano de Bergerac.

Mardi 14 avril, Compromis avec Pierre Arditti et Michel Leeb

Deux amis de trente ans dans un appartement vide. L’un, (Pierre Arditi) est un comédien médiocre, l’autre (Michel Leeb) un dramaturge raté. Le premier vend son appartement et a demandé au second d’être présent lors de la signature du compromis, pour rassurer l’acheteur. Car s’il écrit de très mauvaises pièces, il a tout de même un visage rassurant. C’est sa grande qualité.
On attend l’acheteur. D’ailleurs, acheteur ou pigeon ? En l’attendant on parle. On se flatte. On se caresse. On se moque. On se taquine. Cela glisse peu à peu. On se blesse en se lançant à la face ce que l’on retient depuis longtemps. Et l’acheteur finit par arriver, qui va assister à un règlement de comptes, farcesque mais sans concession, entre les deux amis. Va-t-il en demeurer le spectateur, en devenir l’arbitre ou en être au final la seule victime ?

Humour : Roukiata Ouedraogo et Christelle Chollet

Vendredi 21 février Christelle Chollet : 

Christelle Chollet revient avec son 5ème one woman show, « N°5 de Chollet ». Sketches piquants, tubes revisités, personnages épicés, la cinquième création de l’humoriste a des parfums de scandale, de vérité et de folie. Cette comédienne Toulousaine a rassemblé près de 700 000 spectateurs.

Mardi 12 mai, Roukiata Ouedraogo : humour en provenance du Burkina Faso

Roukiata met en scène avec dérision et auto-dérision son parcours, riche en péripéties, qui la mène de son école primaire en Afrique aux scènes de théâtre parisiennes. Chacune de ses aventures est l’occasion d’une réflexion drôle et délicate sur les décalages culturels entre la France et l’Afrique.

Elles sont aussi l’occasion d’aborder sans tabou des sujets graves et profonds tels que l’excision, l’éducation et la santé en Afrique. Au terme de ce parcours initiatique c’est une Roukiata devenue une femme accomplie et sûre de ses choix qui retrouvera les siens.

« Roukiata s’amuse des différences culturelles entre rire et émotion. » Le Point Afrique

« Un spectacle génial de drôlerie et d’humanité » L’Express Dix

Expos…

La Belle Epoque à Villepinte

Entre 1870 et 1914, la France et d’autres pays d’Europe connaissent de grands bouleversements à la sortie de la Grande Guerre. Entre la réalité de cette époque synonyme d’expansion, d’insouciance, de gaieté, se cache une forme de nostalgie d’un temps rêvé. Les progrès de la médecine, le développement de l’industrie, l’urbanisation de Paris et de sa banlieue, les avancées scientifiques et l’avènement de la IIIe République donnent foi en l’avenir… Mais la Guerre gronde et se rapproche faisant regretter les années passées…. A travers une exposition et une foule de petits objets du quotidien, plongez dans l’ambiance de la Belle Epoque à Villepinte.

Vernissage de l’exposition, vendredi 18 octobre 2019 à 18h30

Voir toute la programmation de la saison culturelle 2019-2020

Interview de la comédienne qui incarne Juliette, coincée dans un ascenseur avec un inconnu.

Vendredi 1er juin avait lieu aux Espaces V Roger-Lefort, le concert de l’Orchestre Symphonique Divertimento interprétant « Le songe d’une nuit d’été » de Félix Mendelssohn d’après les Poèmes Symphoniques de Shakespeare.

L’Orchestre Symphonique Divertimento était dirigé par Zahia Ziouani et accompagné cette fois par une soprano et une mezzo soprano. Un concert mais aussi du théâtre avec le comédien Laurent Soffiati et des musiciens qui interviennent avec humour pour illustrer la féérie dramatique de Shakespeare.

Le public venu nombreux est reparti ravi !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Pro Event Calendar

Quand Yves, qui vit en couple, décide d’inviter à dîner son ami Pierre, célibataire, pour annoncer à sa femme qu’il va la quitter, ce dernier, qui fut l’amant de la dame avant qu’elle ne convole avec Yves, ne comprend pas vraiment cette invitation. Cela ressemble étrangement à un renvoi d’ascenseur. Pourquoi Yves, écrivain raté, souhaite-t-il se débarrasser d’une femme parfaite, en la laissant à Pierre, l’assureur tout terrain ?
C’est à partir de ce point de départ, qui fait durer le couple à l’aune d’un crédit pour canapé, que l’auteur David Foenkinos tricote une pièce aux dialogues vifs et coupants, mise en scène avec rigueur et simplicité par Nicolas Briançon.

Auteur : David Foenkinos
Metteur en scène : Nicolas Briançon
AVEC :Bruno Solo, Mélanie Page et Julien Boisselier
Assistante à la mise en scène : Mathilde Penin
Décors : Jean Haas
Accessoiriste : Bastien Forestier
Costumes : Michel Dussarrat
Coiffure : Michelle Bernet
Lumières : Jean-Pascal Pracht
Durée : 1 h 25

NICOLAS BRIANÇON A LAISSÉ LIBRE COURS À LA CRÉATIVITÉ
DE SES EXCELLENTS COMÉDIENS POUR INCARNER CES FIGURES
QUI FONT BEAUCOUP RIRE ET ÉGALEMENT GRINCER DES DENTS.
Le Parisien

UNE DÉLICIEUSE COMÉDIE !
Le Point

MENÉ DE MAIN DE MAÎTRE
Le Figaro

ESPACES V
ROGER-LEFORT
21€ / 16€ / 10€