Spectacle : Michel Drucker « De vous à moi »

Michel Drucker est une figure emblématique du Paysage Audiovisuel Français depuis près de soixante ans. A force de côtoyer des stars, il a accumulé des anecdotes qu’il a souhaité partager avec le public lors d’un premier spectacle puis d’un second intitulé « De vous à moi ». Il viendra le présenter aux Villepintois le vendredi 14 janvier. Interview.

Le Mag’ de Villepinte : Passer de la télévision, que vous connaissez sur le bout des doigts, à la scène, c’est un vrai changement !

Michel Drucker : Je m’étais lancé avec un premier spectacle « Seul avec vous », il y a cinq ans, c’était une folie mais je voulais absolument savoir ce que ressentaient sur scène les artistes que je présente à la télévision tous les dimanches. Surtout ceux qui font du one man show, ce qu’ils ressentaient derrière le rideau, seul, sans partenaire…  Je voulais ressentir ce trac… et à ma grande surprise le spectacle a très bien fonctionné. Je l’ai joué plus de cent fois dans toute la France et même à l’étranger. Pour détailler ce que je raconte, il faut l’avoir vécu, et comme cela fait presque 60 ans que je suis à la télévision, j’avais des choses à partager. Cela m’a donné envie de faire un second spectacle, que j’ai joué uniquement huit fois car la pandémie est arrivée et. .. j’ai été opéré du coeur en septembre 2020.

Je voulais absolument savoir ce que ressentaient sur scène les artistes que je présente à la télévision tous les dimanches. Surtout ceux qui font du one man show, ce qu’ils ressentaient derrière le rideau, seul, sans partenaire

Vous revenez avec ce deuxième spectacle qui s’intitule « De vous à moi », c’est un spectacle de confidences, de souvenirs, d’anecdotes… En quoi est-il différent du premier ?

M. D. : « De vous à moi » est différent du premier car nous sommes deux sur scène. C’est une trouvaille de ma fille Stéfanie Jarre, qui met en scène. Il y a donc sur scène : moi à 30 ans et moi aujourd’hui ! Il y a une complicité qui se créée entre les deux personnages. Le jeune interroge l’ancien sur ses rapports avec les artistes, les spectateurs… Le personnage de « moi à 30 ans » a un costume de l’époque. Il apparaît à une dizaine de reprises dans le spectacle. On me demande beaucoup « Comment tu as fait ? C’est un hologramme ? ». Pour ça, il faut venir voir le spectacle.

Il y a aussi dans ce spectacle beaucoup de sons et d’images… de souvenirs. On entend Jouvet, Arletty, Gabin, Montand, De Funès, Johnny, Claude François, Aznavour… Certains chantent, d’autres parlent. Il y a des extraits de film que les gens connaissent, des personnalités comme Romy Schneider, Audiard, Delpech… Je pense que les gens vont être émus. Pendant 1h30, je survole 55 ans de ma carrière. Je raconte aux jeunes les choses les plus cocasses, les plus drôles, parfois les plus dramatiques que j’ai vécues.

Après cet arrêt forcé, entre la pandémie et votre opération, avez-vous des appréhensions ?

M. D. : Le spectacle a été modifié depuis. On l’a réécrit en grande partie quand j’étais en rééducation, avec mon vécu à l’hôpital… il y a des séquences drôles avec les infirmières qui pensaient que je ne les entendais pas. Il y a aussi un hommage à ma manière à Claude Nougaro. « Sur l’écran noir de mes nuits blanches, je me fais du cinéma », vous savez quand on est allongé pendant des mois et à l’isolement complet (à cause de la Covid), trois mois en cardiologie et trois mois en rééducation, on a le temps de cogiter. J’ai mis un an à me retaper complètement. J’ai finalement repris la télévision, (une folie pour les cardiologues !) mais je me suis lancé deux challenges : celui du retour à la télévision. .. et celui de revenir sur scène, et j’y serai, le 14, chez vous !

Il y a aussi dans ce spectacle beaucoup de sons et d’images… de souvenirs. On entend Jouvet, Arletty, Gabin, Montand, De Funès, Johnny, Claude François, Aznavour… Certains chantent, d’autres parlent.

Alors vous êtes en pleine forme aujourd’hui, vous avez récupéré toutes vos forces ?

M. D. : C’est un test pour moi. Entre le premier et deuxième spectacle, trois ans se sont passés, dont un an où j’ai été malade. C’est sans doute arrivé à cause du stress. Contrairement aux apparences, c’est un métier stressant, pourtant je fais tout pour que cela ne se voit pas à la télévision. Vous savez, j’ai commencé en 1964, en même temps que les Jeux Olympiques de Tokyo et dans deux ans, je fêterai mes 60 ans de métier… en même temps que les Jeux Olympiques de 2024 à Paris.

Je vais avoir 80 ans dans quelques mois, rai du mal à réaliser, je n’en reviens pas ! Mais je suis rassuré car ma mémoire est intacte. A la télévision, je n’utilise pas de prompteur, ni d’oreillettes… J’ai appris ce métier avec Léon Zitrone (j’étais son stagiaire dans une autre vie l), il était capable d’improviser en direct et avait une mémoire phénoménale. J’ai aussi été « reporter sportif » ,  j’ai couvert cinq coupes du monde de football dans ma vie, il faut pouvoir mémoriser des centaines de joueurs. Je n’ai rien perdu… ce qui m’a rassuré. J’ai repris la télévision, assis sur un canapé le dimanche, mais là, mon challenge c’est d’être debout. J’espère que physiquement cela ira bien. Le spectacle de Villepinte est ma première date de reprise. Trente dates sont programmées ensuite.

 

Je me suis lancé deux challenges : celui du retour à la télévision. .. et celui de revenir sur scène, et j’y serai, le 14, chez vous !

 

Avez-vous un petit mot à faire passer aux Villepintois ?
M. D. : Ils vont découvrir un personnage qu’ils ont l’impression de connaître. J’espère qu’ils vont retrouver celui qui est dans leur salon, avec eux sur leur canapé tous les dimanches depuis tant d’années. J’en suis à la troisième génération de téléspectateurs. Il n’y a pas d’autre animateur de 80 ans et près de 60 ans de carrière à l’antenne dans le monde. Nous avons grandi ensemble. Ils vont également découvrir les coulisses de mon métier.

Tout ce que je raconte sur scène, le public l’a vécu avec moi. Quand je raconte les anecdotes entre Whitney Houston et Gainsbourg, les souvenirs avec Le Luron ou Claude François… je leur raconte l’envers du décor. Cela va beaucoup les amuser et j’espère les émouvoir aussi. Je fais partie des familles. J’ai un rapport très chaleureux avec le public depuis toujours. J’ai hâte d’être à Villepinte car c’est mon retour sur scène. Lors de ma dernière représentation, le Président de la République annonçait que la France était touchée par le virus. Et puis… mon chien viendra même les saluer à la fin du spectacle.

Retrouvez le teaser du spectacle 

Navette gratuite pour les seniors

Le service de navette gratuite est proposé pour ce spectacle. Vous êtes seniors et souhaité être conduit aux Espaces V ?

Retrouvez les conditions de réservation ici.

1h45 sans entracte

A partir de 12 ans

Compagnie/Production : ARTS LIVE

Auteur : Michel Drucker

Mise en espace : Stéfanie Jarre

 

Tarifs :

Tarif plein : 21€

Tarif réduit :16€

Tarif super réduit : 10€

Réserver votre place au guichet culturel

2 réponses
  1. Aouizerate
    Aouizerate dit :

    Bonjour,
    Malgré la crise sanitaire, est ce que le spectacle de Michel Drucker est maintenu ?
    Merci de bien vouloir m’informer.
    Bien cordialement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *